Droit à la déconnexion pendant les congés

Droit à la déconnexion et congés

Nous sommes mi-juillet et vous êtes en congés. Seulement voilà… En moins de 15 minutes, vous avez 5 appels manqués, 8 mails en attente et 12 notifications WhatsApp… Que faire ?
En dehors de votre temps de travail, vous êtes en droit de ne pas répondre à ces sollicitations professionnelles.

Introduit dans la Loi Travail (appelée également loi El Khomri), le droit à la déconnexion est une spécificité française. Il garantit au salarié «les modalités du plein exercice de son droit à la déconnexion et la mise en place par l’entreprise de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale».

Comment gérer ses mails pendant ses congés ?

En tant que Coach professionnelle, j’accompagne régulièrement mes clients sur cet aspect et j’ai remarqué que beaucoup d’entre eux hésitent à se déconnecter pendant leurs congés.
Qui dit « Congés » dit normalement « Droit à la déconnexion ». Je dis bien « normalement »… Car combien sommes-nous à partir bille en tête en disant « allez, cette fois-ci, c’est la bonne, je coupe tout ! » ?

Vous l’avez certainement remarqué, en cette période estivale, on est souvent plein de bonnes intentions : se lever tôt pour profiter de ses journées et aller courir, résister à la tentation du plateau de fromages corses et surtout se déconnecter de ses applications et de ses mails professionnels.

Malgré la feuille de route que vous avez laissée à vos équipes, la passation de dossiers, la liste des partenaires disponibles à contacter en cas d’urgence, les actions à mener dès votre retour, vous êtes tenté.e de consulter vos mails pour savoir ce qui se passe en votre absence.
Rien qu’une fois, une seule petite fois…

La gestion des mails, SMS et autres notifications est un sujet sensible pendant les congés, qui peut vite déraper et gâcher vos vacances ainsi que celles des autres.
Combien d’entre-nous se sont-ils cachés au fond du jardin ou dans les toilettes pour consulter et répondre à des messages professionnels, alors qu’il s’étaient engagés à « lâcher »  leur téléphone ?

Selon le poste et les responsabilités que vous occupez, il faut en moyenne entre 3 et 5 jours pour déconnecter. Grande est la tentation à ce moment-là de lire et répondre à vos messages. Tenez bon ! Vous n’êtes pas l’esclave de la technologie.
Si vous sentez que c’est compliqué, définissez un créneau au cours duquel vous vous connectez.
L’essentiel est de reprendre la main. Vos applications vous offrent la possibilité de désactiver vos notifications. A vous la liberté et la responsabilité de choisir consciemment votre mode « on / off ».

Quoique vous en pensiez, vous n’êtes pas indispensable. Sauf peut-être pour celles et ceux qui vous aiment.

Comment se déconnecter des réseaux sociaux pendant ses congés ?

Les réseaux sociaux ne sont pas là que pour nous informer. Par la publication, ils nous incitent à une forme d’immédiateté. Et nous voilà en train de partager nos repas, notre apéritif, nos éventuelles insomnies ou le dernier spectacle auquel nous assistons… En attendant bien sûr les commentaires, les partages, les « likes » et les « retweets »…

Mais au fond, qui cela intéresse-t-il, à part nous-mêmes ?
En nous affichant de la sorte, que cherchons-nous à montrer ? Que voulons-nous prouver ?
Qu’est ce qui nous pousse à vérifier nos messages en pleine nuit, alors que nous voulons tout simplement avoir l’heure ? S’ennuie-t-on à ce point d’avoir besoin d’un outil numérique pour s’occuper ?
N’avons-nous donc aucune envie de nous perdre dans nos pensées, nos rêveries ?

Je le dis haut et fort : qu’il est doux de s’ennuyer, qu’il est doux de laisser son esprit vagabonder, qu’il est doux de croiser des regards.
Un sourire, un mot, une émotion

En plus de nous couper du monde, la connexion nous coupe de nous. Elle nous coupe de notre créativité et de notre capacité à méditer.

Nos outils numériques nous entraînent de plus en loin. Il existe aujourd’hui à travers le monde des formules « digital detox » qui coûtent une petite fortune. Car oui, il semblerait bien que la déconnexion soit un luxe, réservé aux plus fortunés.

Mais avant de telles options, acheter un réveil qui ne fait que donner l’heure et qui ne nous tente pas pourrait être la solution ! Tout comme décider de laisser son téléphone chez soi…

Les moments hors connexion sont des moments suspendus, des moments hors du temps.
Pour ma part, j’ai l’occasion, dans certaines de mes activités associatives de me déconnecter. C’est un moment de grâce et une parenthèse bénie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page