Le burn-out

Le burn-out

Tout d’abord le terme de burn-out s’écrit, en Français, de deux façons différentes : burn-out (comme en Anglais est invariable) avec un trait d’union ou burnout (tout attaché et qu’on accorde au pluriel). 

Cette leçon d’orthographe passée, « burn-out » en Anglais signifie « se consumer ». L’image de la flamme de la bougie qui brille intensément, puis vacille jusqu’à s’éteindre complètement est bien réelle…

Le burnout est un sujet de société qui préoccupe autant les entreprises, que les salariés, les partenaires sociaux, ou les mutuelles santé, … C’est une souffrance réelle qui aujourd’hui n’est pas reconnue comme maladie professionnelle ou accident du travail. En effet, en 2018, l’Assemblée Nationale a rejeté le projet de loi. Néanmoins, la Caisse d’Assurance Maladie peut, sous certaines conditions, reconnaitre cette pathologie psychologique comme étant d’origine professionnelle. 

Alors quelle est la définition du burn-out ? Quels sont les causes et les symptômes ? Comment sortir du burn-out ?

A la fin de cet article, je répondrai à 3 questions sur le burn-out que me posent mes clients dans le cadre de nos séances de coaching en entreprise.

Définition du burnout 

C’est un salarié qui « tire un peu trop sur la corde », qui veut bien faire, toujours plus et toujours mieux… Il lui est inconcevable de refuser un dossier, un rendez-vous, un déplacement. Et puis un jour, il ne peut plus… Il est comme tétanisé, sans jus et s’effondre.

À la différence du bore-out (syndrome d’épuisement au travail par l’ennui), le burnout est un syndrome d’épuisement professionnel, qui selon Wikipédia, « combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle, et un sentiment d’échec et d’incompétence dans le travail». Utilisé pour la première fois en 1974 par le psychologue américain Herbert Freudenberger, il concerne à l’époque plus spécifiquement le personnel soignant hospitalier. 

Le salarié ne sait plus comment gérer les exigences et responsabilités professionnelles auxquelles il doit faire face. Ce cercle vicieux entraine un mal-être, une baisse de la motivation, de l’engagement et l’amène à douter de lui.

Les causes du burnout

Même si le burnout est un syndrome d’épuisement professionnel, ses causes sont multiples :

  • L’environnement professionnel,
  • L’environnement personnel (les experts préfèrent le terme de « surcharge mentale »), 
  • Les caractéristiques individuelles de chacun.

L’environnement personnel et les caractéristiques individuelles vont créer un terrain et des conditions propices à l’installation sournoise et au développement du burn-out. A contrario, un environnement personnel sain, apaisant et ressourçant sera comme un bouclier de protection.

Les causes professionnelles du burnout

  • Surcharge de travail,
  • Conditions de travail difficiles (peur, mauvaise ambiance, …),
  • Management inexistant, peu valorisant ou abusif,
  • Harcèlement, 
  • Absence de reconnaissance,
  • Objectifs inatteignables ou changeants,
  • Manque de visibilité sur les priorités et les objectifs,
  • Difficultés relationnelles,
  • Incertitudes quant à l’avenir professionnel,

Les causes personnelles du burnout

  • Relations familiales difficiles,
  • Rôle d’aidant d’un parent malade,
  • Évènement familial douloureux et perturbant,
  • Précarité financière,
  • Pauvreté du tissu affectif, familial et amical,

Les caractéristiques individuelles du burnout

  • Sur-investissement professionnel,
  • Difficultés à déléguer,
  • Faible estime de soi,
  • Remise en question et dévalorisation,
  • Culpabilité,
  • Perfectionnisme,
  • Oubli de soi,
  • Attentes inaccessibles et très fortes exigences,
  • Performance poussée à l’extrême,
  • Difficultés à exprimer ses émotions,
Abonnement Webzine

Les symptômes du burnout

A la différence des maladies, les symptômes du burnout ne peuvent être détectés par le biais d’examens médicaux (prises de sang, analyses diverses, …). Néanmoins, des troubles psychiques, physiques et comportementaux sont autant de signaux qui doivent alerter :

  • Désengagement professionnel,
  • Perte d’énergie,
  • Epuisement,
  • Irritabilité,
  • Isolement,
  • Problèmes de concentration,
  • Baisse de l’estime de soi et de la confiance en soi,
  • Crises d’angoisse,
  • Palpitations cardiaques,
  • Perte de sommeil, difficultés d’endormissement, insomnies, 
  • Perte d’appétit,
  • Boule au ventre,
  • Maux de dos et autres douleurs inhabituelles,

Êtes-vous en burnout ?

Mis au point par le Docteur Maslach en 1981, le Maslach Burnout Inventory (MBI) est un test fiable et reconnu qui permet de diagnostiquer le burn-out.

Composé de 22 questions, il mesure :

  • Le score d’épuisement professionnel (SEP),
  • Le score de déshumanisation, la perte d’empathie et la dépersonnalisation (SD),
  • Le score d’accomplissement au travail (SAP),

Pour faire le test MBI, cliquez sur le lien ci-dessous.

Le burn-out 1

Mon conseil : faîtes le test avec un professionnel de l’accompagnement, qui saura analyser vos résultats, les commenter et éventuellement vous rassurer.

Agnes Menso, coach professionnelle

Comment prévenir le burnout ?

Je vous propose 20 conseils pour anticiper tout burnout. Les actions peuvent se mener à plusieurs niveaux :

  • Par rapport à soi-même,
  • Dans l’entreprise.

Prévenir le burnout soi-même

  • Sortir de la perfection à tout prix,

Nous sommes souvent bien plus exigeants envers nous-mêmes qu’envers les autres. Accepter ses erreurs et cesser de culpabiliser est le 1er pas vers la confiance et l’estime de soi.

  • Se faire confiance,

Ce n’est pas parce que nous nous sommes trompés que nous sommes nuls ! L’erreur fait partie de l’apprentissage.

  • Apprendre à déléguer,
  • Gérer son temps et ses priorités pour ne plus être débordé,

Si vous prenez du retard, parlez-en ouvertement et ne laissez pas la situation se dégrader,

  • Apprendre à dire « non »,

Vous n’êtes pas corvéable à merci ; vous avez le droit de refuser un déplacement ou un rendez-vous.

Faire du sport, cuisiner, jardiner, méditer ou ne rien faire ; il est en effet indispensable de trouver une activité qui vous fasse du bien.

  • Déconnecter,

Un cerveau qui ne s’arrête jamais est un cerveau en surchauffe ! Laisser son ordinateur, débrancher son portable, faire des pauses régulières et passer du temps avec ceux que vous aimez sont autant de moyens de vous préserver.

  • S’écouter,

Ce n’est pas grave d’avoir un passage à vide, mais cela peut le devenir s’il se prolonge. Soyez vigilant sur les signes que vous pouvez observer et agissez rapidement,

  • Parler,

Partagez votre quotidien avec vos proches.

Comment prévenir le burnout en entreprise

Même si on ne peut pas leur incomber la totale responsabilité du burn-out, la formation à la détection des signes liés au burn-out est indispensable.

En effet, selon une enquête menée par Cadremploi en 2019 auprès de 1 123 cadres français, 86 % des interrogés qui disent avoir déjà souffert de burn-out « n’ont pas du tout été accompagnés dans cette passe difficile ». 40 % d’entre eux n’en ont pas informé leur manager, qui sont 75% à répondre qu’ils n’ont aucun collaborateur en burn-out, ou ne pensent pas en avoir dans leur équipe.

Il ressort également de cette étude que 87% des managers ne sont « pas ou peu formés par leur entreprise pour détecter des signes avant-coureurs du burn-out. ».

  • Faire preuve d’écoute et d’empathie,
  • Organiser plus d’entretiens individuels, 
  • Fixer des objectifs SMART,
  • Organiser et planifier le travail des équipes,
  • Respecter le droit à la déconnexion
  • Être attentif les uns aux autres,
  • Informer et sensibiliser les collaborateurs sur le sujet,
  • Communiquer régulièrement,
  • Penser QVT en mettant en place des petites actions qui feront la différence.

Comment sortir du burnout ?

  • Se faire aider est la meilleure option,

Contactez un professionnel de santé, qui en fonction de votre situation, pourra vous prescrire un traitement adéquat et vous conseillera éventuellement un arrêt de travail. Soyez vigilant sur les traitements médicamenteux ; ils peuvent vous aider un temps pour reprendre pied, mais ne feront jamais le travail à votre place.

  • En parler à son DRH ou à son manager (dans le cadre de l’entretien d’évaluation par exemple),
  • Contacter la médecine du travail, 
  • Prendre soin de soi : bien dormir et renouer avec une activité physique
  • Participer à des groupes de parole,
  • Comprendre les mécanismes du burn-out,

Avec l’aide d’un professionnel, analysez les causes de votre burn-out afin de mettre en place des actions pour éviter de retomber dans la même spirale.

  • Eviter de ruminer et fuir les combats qui pompent de l’énergie,

Faîtes porter vos efforts dans votre reconstruction ; c’est votre priorité.

Qui dit arrêt de travail, dit retour en entreprise (une autre ou la votre). Ce retour se prépare en douceur, quand vous commencez à vous sentir mieux. Il fait d’ailleurs l’objet d’un entretien préalable avec la RH et / ou le manager (d’où l’utilité de le former !).

Les chiffres du burnout en France

Pour que les chiffres du burn-out en France aient encore plus d’impact, il est indispensable d’affiner la définition du burn-out. Cela n’empêche pas bien évidemment de nombreuses études de voir le jour. Chacune d’entre-elles révèle un malaise profond et des conditions de travail dégradées et difficiles.

Une enquête publiée par la DARES en février 2019 sur un échantillon de 28 000 personnes, montre que 40 % des salariés estiment leur charge de travail excessive. Le ressenti de travail sous pression est particulièrement ressenti jusqu’à 45 ans environ.

Toujours selon l’étude menée par Cadremploi en 2019 auprès de 1 123 cadres français, la moitié estime avoir déjà été touché par le syndrome d’épuisement professionnel.

Seuls 57% de ceux qui se disent touchés ont été arrêtés par leur médecin. Plus d’un tiers des cadres en burn-out affirment avoir demandé une rupture conventionnelle à leur employeur et pour et 22% ont démissionné

Cette dernière évaluation est un choc, car les chiffres vont bien au-delà de ceux présentés jusqu’alors.

Burnout et dépression

Le burn-out, si l’on s’en tient à sa définition, se manifeste dans la sphère professionnelle, alors que la dépression touche tous les aspects de la vie. Leur traitement est d’ailleurs différent ; la dépression se concentre uniquement sur la personne, alors que le burn-out relève d’une réflexion et d’une action plus globale au niveau de l’entreprise.

Mais reconnaissons-le, la différence entre le burn-out et la dépression peut être difficile à faire : certains symptômes sont semblables. Il nous faut aussi garder en mémoire qu’un burn-out sévère peut conduire à une dépression.

Dans notre course à la performance, le burn-out est un sujet tabou qui fait peur et suscite bien souvent l’incompréhension. Le burnout n’est pas synonyme de faiblesse, bien au contraire ! Il touche tout le monde ; salariés comme personnes au chômage.

Un burn-out se met en place lentement et sournoisement. Aussi douloureux soit-il, n’arrive pas par hasard. Avec le temps pour se reconstruire, se remettre debout et recommencer à marcher, il peut être le point de départ d’une nouvelle vie et d’un équilibre plus solide.

Abonnement Webzine

Que veut dire burnout ?

« To burn-out » en Anglais veut littéralement dire « griller, brûler, s’user ». Le burnout n’est pas une dépression.Même si l’on parle parfois de burn-out familial, le burn-out est un état d’épuisement physique, émotionnel et mental lié à une dégradation du rapport d’une personne à son travail. Il résulte d’une accumulation continue de stress et se met en place lentement.

Je suis en burnout. Que faire ?

Il est indispensable de consulter un professionnel de santé : médecin, médecine du travail, thérapeute, … Il pourra vous prescrire un arrêt de travail et vous conseiller. Dans tous les cas, ne cherchez pas à vous soigner tout seul !

Comment soigner un burnout ?

Tout d’abord en prenant soin de vous ! Apprenez à fixer des limites à votre entourage et à vous-même, fuyez les personnes toxiques et manipulatrices, déconnectez, prenez du temps pour vous, pratiquez une activité sportive et écoutez vos émotions. Soigner un burnout prend du temps. C’est un processus « actif » ; vous êtes en effet le principal moteur de votre guérison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page