Les différences entre le burnout et le boreout

Les différences entre le burnout et le boreout

Le burnout, probablement parce qu’on en parle plus, est plus connu que le boreout. Nous avons d’un côté, des conditions professionnelles dégradées et une surcharge de travail qui éteignent et détruisent ; et de l’autre, un ennui mortifère qui épuise et démotive. Ils sont tous deux révélateurs d’une profonde souffrance au travail, dont les conséquences peuvent être très graves pour les individus qui en sont les victimes. L’un comme l’autre peuvent d’ailleurs conduire à la dépression.

Alors quelles sont leurs définitions ? Quelles sont leurs différences ? Comment les prévenir et sortir de ces situations douloureuses ?

Le burn-out

Mon projet

Le terme de burnout a été utilisé pour la première fois en 1974 par Herbert Freudenberger. À ce jour, le burnout n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle. En effet, l’Assemblée Nationale a rejeté en 2018 le projet de loi visant à le présenter comme tel.

Définition du burn-out

Il combine selon Wikipedia, « une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle, et un sentiment d’échec et d’incompétence dans le travail».Il est l’opposé du boreout.

Causes du burn-out

Elles sont généralement professionnelles mais peuvent malheureusement être accentuées en fonction de chacun et d’un environnement personnel difficile :

  • Une surcharge de travail : le salarié est débordé, ne sait plus gérer ses priorités, ni ses responsabilités. Il est littéralement « sous l’eau », comme submergé,
  • Des conditions de travail dégradées : réorganisation dans laquelle il ne trouve pas sa place, management par la peur, …
  • Une faible estime de soi, 
  • Des événements familiaux douloureux,

Symptômes du burn-out

Les symptômes du burnout peuvent être confondus avec ceux de la dépression. Néanmoins, la dépression touche tous les domaines de vie, alors que les symptômes du burnout concernent exclusivement la sphère professionnelle :

Mon projet
  • Mal-être et désengagement professionnel,
  • Perte de la confiance en soi,
  • Irritabilité,
  • Palpitations, 

Prévenir le burn-out

Ces actions concernent autant le collaborateur que l’entreprise en elle-même :

  • Fuir les relations toxiques,
  • Prendre soin de soi, 
  • Sortir de la perfection à tout prix,
  • Former les managers de proximité,

Sortir du burn-out

  • En parler, à un professionnel de santé, sans honte ni culpabilité, est la meilleure solution,
  • Eviter de rester seul et de se soigner par soi-même,
  • Comprendre les mécanismes et les causes du burnout, avec un coach professionnel par exemple,
Abonnement Webzine

Le bore-out

Définition du bore-out

Wikipedia le définit comme «le syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui ». Il n’est pas non plus considéré comme une maladie professionnelle.

Causes du bore-out

Le boreout n’est pas un petit ennui passager que l’on peut tous ressentir. Bien plus profond et plus préoccupant, il se matérialise par :

  • Un manque de travail,
  • Une mise au placard,
  • L’absence de défis et de formations,

Symptômes du bore-out

  • Des troubles de la mémoire,
  • Une baisse de la motivation et de l’engagement, 
  • De la tristesse, 

Prévenir le bore-out

  • Faîtes confiance à votre ressenti quand vous constatez que vous commencez à « vraiment » vous ennuyer, que vous avez de moins en moins de travail, et que vous avez l’impression d’être mis au placard peu à peu,
  • Les dirigeants et managers doivent se montrer vigilants dans leur politique de transformation : bien souvent, des collaborateurs qualifiés se voient confier des missions dans lesquelles ils ne trouvent ni sens, ni intérêt.

Sortir du bore-out

Mon projet
  • Parlez-en à votre manager (dans le cadre de votre entretien d’évaluation, voire avant !),
  • Prenez conscience de votre situation : il n’y a pas de honte à reconnaître qu’on ne porte plus le même intérêt pour son poste qu’il y a quelques années,

Le burnout et le boreout s’installent tous deux de façon insidieuse et restent des sujets tabous. Pourtant, ce ne sont ni des signes de faiblesse ou d’incompétence. Avouer que l’on ne s’en sort pas ne se fait pas, avouer que l’on s’ennuie ne se fait pas non plus – et cela d’autant moins avec les chiffres du chômage qui explosent…

Et si on commençait à penser autrement pour faire bouger tout ça ?

Abonnement Webzine
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page