Les différents types de management

Les différents types de management

Même s’il existe des caractéristiques communes, il est difficile de dire que le style de management dans le secteur industriel est plutôt un management directif et que celui d’une start-up plutôt participatif.

Tout dépend de l’entreprise, de sa culture ou du dirigeant (fondateur), dont la personnalité va durablement imprégner les pratiques managériales.

Je pense qu’on ne rentre pas dans une entreprise par hasard. On vient soit y chercher un style de management qui nous est familier et en lien avec notre culture, soit au contraire, un style aux antipodes de l’éducation qu’on a reçue.

Il n’existe pas de bons ou de mauvais modèles de management. Il existe par contre un style de management adéquat, que le manager fait évoluer.

Alors, quels sont les différents styles de management ? Quel est le meilleur ? Et vous, quel type de manager êtes-vous ?

A la fin de cette chronique, je répondrai à 3 questions que me posent régulièrement les clients que j’accompagne dans la cadre de prestations de coaching en entreprise.

Définition du style de management

Le style de management est une « marque de fabrique« , une « empreinte » propre à chaque manager.

Il s’agit de la façon dont le manager va piloter son équipe dans le cadre de la réalisation d’un projet. Selon les échéances, les résultats, l’ambiance, les événements au sein de l’équipe, son niveau d’expertise, il utilisera un type de management plutôt qu’un autre.

Tout le talent du manager va donc résider dans sa capacité à passer d’un style à l’autre pour le personnaliser et l’adapter en fonction de chacun de ses collaborateurs. Il s’agit d’un management situationnel et individuel.

Quels sont les différents styles de management ?

Il existe 5 styles de management :

  • Le management de style directif 
  • Le management de style persuasif
  • Le management de style paternaliste
  • Le management de style délégatif
  • Le management de style participatif

Le management directif

Les caractéristiques du management directif

Orienté résultats et de style autoritaire, c’est un management descendant, dans lequel le rapport à l’autorité et à la hiérarchie est très présent. Le manager donne des instructions à ses collaborateurs afin que ceux-ci les exécutent. Les équipes n’ont que très peu de marge de manœuvre et de pouvoir de négociation ; elles appliquent stricto sensu les consignes du manager.

Le manager a un rôle distant avec l’équipe et va privilégier une communication globale en réunion plutôt qu’une communication individuelle en face à face. Il contrôle régulièrement les tâches à effectuer, avec à la clé, des sanctions ou des récompenses.

C’est un style de management qui est aujourd’hui dénigré, et ce d’autant plus avec l’arrivée des millenials dans le monde du travail.

Les avantages et intérêts du management directif

Même si tout est « réglé comme du papier à musique », c’est un type de management qui peut être intéressant pour des collaborateurs qui n’ont pas d’expérience professionnelle et qui ont besoin d’être guidés pas à pas.

Les décisions sont prises rapidement, ce qui est indispensable par temps d’urgence ou de crise.

Les limites du management directif

Le management directif ne laisse pas de place pour l’échange et peut à terme générer un certain mal être, avec des conflits larvés. L’autonomie est inexistante et les collaborateurs sont freinés dans leurs prises d’initiative. L’intelligence collective est peu développée.

A terme, le management directif peut amener à une perte de sens, générant ainsi démotivation et démobilisation de équipes.

Mon conseil : Vous êtes du style directif ? Ne cherchez pas « singer » un comportement qui n’est pas le votre, et dans lequel, à terme, vous allez vous épuiser. Notez vos axes d’amélioration et travaillez-les. 

Agnes Menso, coach professionnelle
Abonnement Webzine

Le management persuasif

Les caractéristiques du management persuasif

Même si les avis des collaborateurs sont davantage pris en compte que dans le management directif, le pouvoir de décision appartient au manager, qui sait fixer le cadre de travail et fait part de ses convictions.

Les avantages et intérêts du management persuasif

C’est un type de management plus souple que le management directif et qui génère moins de tensions. Le sentiment d’appartenance y est également plus fort.

Les limites du management persuasif

C’est néanmoins un management assez fermé, qui prône peu la liberté et la prise de risques, dans lequel la hiérarchie est assez forte.

Le management paternaliste

Les caractéristiques du management paternaliste 

Le style de management paternaliste est une variante du management persuasif. Les décisions sont prises par le manager, dont la bienveillance se remarque plus particulièrement dans les conditions de travail.

Les avantages et intérêts du management paternaliste

Le management est attentif aux besoins et difficultés des collaborateurs pendant leur temps de travail, mais également en dehors.

Les limites du management paternaliste

Une frontière vie personnelle – vie professionnelle mal définie peut être source de stress pour les collaborateurs et les managers.

Le management délégatif

Les caractéristiques du management délégatif

Il est également appelé « management consultatif« . Orienté résultats, c’est un style de management dans lequel les collaborateurs sont régulièrement consultés. Impliqués dans la vie de l’entreprise, la responsabilité des décisions leur est en partie laissée. Les relations se font d’égal à égal et non sur un plan hiérarchique.

Les avantages et intérêts du management délégatif

C’est un mode de management où la communication est très présente. L’esprit d’équipe est favorisé, tout comme l’acquisition de compétences, soutenue par la délégation. Les équipes sont motivées, impliquées et responsabilisées. 

Les limites du management délégatif

La pression sur les collaborateurs est forte car ils sont responsables de leurs décisions. Cela peut amener du stress et conduire à la dégradation des relations et des conditions de travail.

Le management participatif

Les caractéristiques du management participatif

Très à la mode, il accorde un large part aux relations humaines. Particulièrement adapté aux équipes expérimentées, matures et autonomes, les décisions sont prises de façon transverse.

Basé sur la confiance, la bienveillance et la responsabilisation, c’est un style de management qui favorise l’implication des collaborateurs et qui les laisse libre dans la façon d’organiser leur travail.

Le manager est un « manager coach ». Tel un chef d’orchestre, il accompagne ses collaborateurs et n’intervient que très peu dans leur travail. Le collectif prime sur l’individu et le système d’évaluation se fait sur le long terme.

Les avantages et intérêts du management participatif

C’est un type de management qui valorise l’autonomie et la responsabilisation. Les prises d’initiatives et de risques sont acceptées et encouragées. Basée sur la reconnaissance, il promeut la culture du feedback, la créativité et l’intelligence collective. 

Les limites du management participatif

La forte implication des équipes conduit inexorablement à des prises de décisions plus longues, avec l’apparition de zones de pouvoir et d’influence. Les sources d’informations sont multiples et accroissent les potentielles sources d’erreurs. Cela exige, à un moment donné, un niveau de vérifications plus élevé (et donc une perte de temps).

Le système peut très vite être désorganisé si le manager n’est pas la hauteur.

Le management directif, le management persuasif, le management participatif et le management délégatif sont les 4 types de management les plus répandus. Le management paternaliste est quant à lui, une extension du management persuasif.

Il n’existe pas de bonne ou de mauvaise typologie de management. Chaque méthode de management s’adapte à une situation donnée. Par exemple, un management de style directif sera judicieux dans une situation de crise, car il rassurera les salariés, et pourra être difficile à vivre dans un autre contexte.

Mon conseil : quelque soit votre type de management, soyez vous-même ; restez authentique, tout en songeant à progresser !

Agnes Menso, coach professionnelle
Abonnement Webzine

Exemples de différents types de management stratégique

Lucie est la dirigeante fondatrice d’une PME de 70 collaborateurs. Nous sommes lundi, et comme chaque semaine, elle réunit autour d’elle les 7 membres de son CODIR. Lucie est en colère contre son DAF. En plus, la situation de l’entreprise est tendue puisqu’elle vient de perdre un appel d’offre, ce qui fragilise son développement.

Avec un management directif

Lucie explique les raisons de l’échec de l’appel d’offre. Elle donne ses instructions, fixe les échéances. Tous écoutent avec attention ; ils savent que Lucie va vite les relancer pour vérifier les points d’avancement.

Elle recadre sans grand ménagement son DAF qui n’a pas mis à jour certaines données transmises le vendredi précédent à 20:00.

Chacun repart avec sa liste de courses, sans avoir pu s’exprimer comme il l’aurait souhaité.

Avec un management persuasif

Les membres de l’équipe s’expriment à tour de rôle, mais certains ne partagent pas les propositions de Lucie. Elle argumente afin de faire valoir son point de vue et décide. 

Elle souligne auprès du DAF l’importance d’avoir les résultats demandés en temps et en heure afin de piloter au mieux l’activité. 

Avec un management délégatif

Lucie discute avec ses équipes des raisons du refus de l’appel d’offre. Elle est en effet convaincue qu’elles ont les réponses en elles et qu’il est de sa responsabilité de les faire émerger.

Elle procède de la même façon avec son DAF.

Avec un management participatif

Lucie interroge l’équipe en charge de l’appel d’offre.

  • Que s’est-il passé ? 
  • Pourquoi n’ont-ils pas obtenu au moins un lot ? 
  • Le refus est-il définitif ? 
  • Y a-t-il un moyen pour infléchir la décision ?

Elle les laisse réfléchir collectivement, passer quelques appels et activera son réseau en temps voulu, si nécessaire. Elle se promet d’être plus présente auprès de ses équipes pour la prochaine compétition.

Mon conseil : avant toute prise de poste, demandez-vous si vous êtes en adéquation avec le type de management de l’entreprise.

Il est en effet indispensable de sortir de l’image idéalisée qu’on peut avoir d’une entreprise. Observez leur stratégie de communication, les relations qu’elles ont avec leurs clients et vous en apprendrez bien plus que vous ne le pensez. Vous saurez à ce moment-là si vous êtes en phase avec leur style de management.

Quel type de manager êtes-vous ?

Les séances de coaching en entreprise m’ont montré que peu de mes clients ont conscience de leur style de management. Beaucoup fonctionnent d’ailleurs à l’instinct ! Certains imaginent qu’ils pratiquent un style participatif alors qu’ils sont plus dans un registre directif ; et d’autres un style délégatif, alors que leur approche est plus persuasive.

Le meilleur style de management est celui qui s’adapte au contexte et au collaborateur. Pour connaître le votre, vous pouvez faire des tests ; il en existe une ribambelle sur le Net. Vous pourrez ainsi obtenir votre profil et une analyse.

La solution que je vous propose est bien plus personnalisée (et bien moins coûteuse). 

Mon conseil : Pour connaître votre style de management, observez-vous en situation réelle. Qu’arrêtez-vous de faire ?

Agnes Menso, coach professionnelle

Chaque modèle de management opérationnel vise la performance de l’entreprise. Chaque type a ses intérêts propres qui trouve ses limites dans une situation donnée.

Certains rêvent d’une entreprise sans managers, sans hiérarchie… Si nous parlons de petits chefs arrogants, incompétents, donneurs de leçons et prétentieux, je ne peux qu’adhérer car nous ne parlons pas de managers, qui jouent un rôle crucial dans l’entreprise. Facilitateurs du business et de la relation, ils sont la pierre angulaire de l’organisation. 

Mon conseil : mettez en place un baromètre managérial, qui vous servira à évaluer les pratiques de votre entreprise.

Agnes Menso, coach professionnelle
Abonnement Webzine

Le schéma ci-dessous vous donne les différents styles de management. Vous pouvez cliquer sur le lien pour l’imprimer.

Les différents types de management 1

Vos questions et réponses sur les différents types de management

Quel est le meilleur mode de management ?

Un style de management n’est pas meilleur ou moins bon qu’un autre ! Le meilleur mode de management est celui qui sera adapté à votre personnalité, au niveau de maturité des équipes, au contexte de l’entreprise, à sa culture… C’est un management « situationnel ».

C’est quoi un bon manager ?

Un bon manager jongle avec les différents styles de management pour s’adapter à ses collaborateurs. Dans le cadre d’une réunion d’équipe, il peut favoriser l’approche participative, et être dans un style plus directif dans la phase de suivi avec ceux qui en ont besoin.
Il sait leur expliquer la stratégie de la direction pour qu’ils la déclinent sur le terrain. Il trouve les mots et le ton adéquat pour motiver, faire progresser, encourager, challenger, ou encore recadrer. C’est quelqu’un qui est exemplaire dans ses comportements et sa communication, bienveillant et juste dans ses décisions.

Quand utiliser le management participatif ?

Si votre équipe est suffisamment expérimentée, autonome et mature, et que vous êtes naturellement à l’aise avec ce style de management, allez-y ! Faîtes-leur et faîtes-vous confiance ! C’est un style de management qui exige de la souplesse, et qui fait la part belle au collectif. Il fait grandir les équipes et développe l’autonomie et l’intelligence collective. Une équipe qui fonctionne bien est une équipe qui peut fonctionner sans vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page