Le triangle dramatique

Sélection :
Catégorie :

Durée de lecture :

15 minutes

Publié le

Modifié le

Figure de l’analyse transactionnelle (AT), développée par Eric Berne, le triangle dramatique (ou triangle de Karpman) met en évidence un scénario relationnel souvent inconscient, typique entre une victime, un persécuteur et un sauveur. Le triangle de Karpman est à la base des jeux psychologiques qui s’installent entre deux personnes capables de jouer alternativement les trois rôles, ou d’inviter une troisième partie à rentrer dans la relation.

Avatar de Agnes Menso

Coaching de dirigeants de PME et ETI

Le triangle dramatique
Le triangle dramatique

Alors, comment repérer le triangle dramatique de Stephen Karpman ? Comment l’éviter ? Je vous propose de retrouver ci-dessous quelques conseils pour mieux identifier ce triangle infernal et les stratégies à adopter pour en sortir. À la fin de cet article, je répondrai à trois questions posées par mes clients dans le cadre de leur coaching individuel. 

Qu’est ce que le triangle dramatique ?

C’est en 1968 que Stephen Karpman a mis en évidence cette relation psychologique dans son article Fairy Tales and Script Drama Analysis, traduit comme « Contes de fées et analyse dramatique du scénario ». Il a formalisé cette analyse dans un livre « Le triangle dramatique, de la manipulation à la compassion », dans lequel il explique les multiples manifestations de son triangle dramatique, et nous enseigne comment passer de la relation victime – sauveur – persécuteur, source d’impasses et de conflits à une relation apaisée via le triangle de la compassion.

Le triangle dramatique de Karpman est malheureusement un « jeu » habituel, infernal, rapide et surtout dangereux, qui s’invite sournoisement dans nos relations, sans que nous en ayons conscience. En effet, il suffit que l’un des protagonistes se positionne dans l’un des trois rôles, pour que s’enchaînent automatiquement des réactions en cascade. Chacun ainsi se manipule et manipule les autres.

Dans le triangle dramatique persécuteur – sauveteur – victime, aucune de ces trois positions n’est plus enviable ou noble que les autres. Chaque individu satisfaisant son intérêt et ses besoins en jouant un rôle, rentre dans une relation de manipulation, inconfortable et destructrice pour :

  • Soi-même
  • Les autres parties
  • La relation en elle-même, qui s’en trouve alors fragilisée. 

Besoin d’une séance de coaching ?


Coach certifiée HEC, je vous accompagne dans tous vos projets de coaching (offre exclusivement dédiée aux professionnels)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *