Les biais de comportement

Sélection :
Catégorie :

Durée de lecture :

7 minutes

Publié le

Modifié le

Omniprésents, les biais de comportement amènent l’individu à prendre des décisions en fonction de ses émotions, de son intuition ou de son humeur. C’est par exemple le cas avec les marchés financiers, où de petits porteurs se ruent sur une action qui a déjà bien progressé, alors qu’il aurait été plus sage d’attendre une correction du marché. Cet exemple se retrouve dans de nombreuses sphères de notre vie quotidienne (mode, loisirs, …).

Avatar de Agnes Menso

Coaching de dirigeants de PME et ETI

Les biais de comportement 1
Les biais de comportement

Alors, quels sont ces biais de comportement ? Comment peut-on les reconnaître et les contrer ? Quelle est leur définition ? À la fin de cet article, je répondrai à trois questions sur les biais de comportement.

Définition des bais de comportement

Il existerait plus de 200 biais comportementaux ! Même si on ne va pas les lister tous ici, il est intéressant de se pencher sur leurs caractéristiques. Ils se manifestent à travers la volonté d’individus de ne pas laisser passer une opportunité et le désir de se comporter comme les autres. Cette volonté d’être dans la tendance et d’agir comme le plus grand nombre, expliquent des décisions complètement irrationnelles. 

Les biais de comportement sont des biais cognitifs, qui peuvent être, selon le Codex des biais cognitifs, regroupés en quatre catégories : 

  • Les biais cognitifs liés à trop d’informations,
  • Les biais cognitifs liés à un manque de sens,
  • Les biais cognitifs qui découlent de la nécessité d’agir rapidement, 
  • Les biais cognitifs qui découlent des limites de la mémoire.
Les biais de comportement 2
Carte du Codex des Biais Cognitifs
Modèle Algorithmique : John Manoogian III (jm3) –
Modèle Organisationnel : Buster Benson

Exemples de biais de comportement

Les biais comportementaux se retrouvent dans :

  • La tendance que l’individu a de sur-estimer le nombre de personnes qui partagent ses opinions, ou qui agissent comme lui (biais de faux consensus), 
  • La capacité d’un individu à tout ramener à lui et sur-estimer sa contribution (biais égocentrique)
  • La tendance d’un groupe à favoriser les membres de son groupe d’appartenance (biais de favoritisme intragroupe)

Le biais d’omission

Il consiste à considérer que causer un tort par une action est pire que de causer un tort par l’inaction.

Le biais d’omission
Exemple de biais d’omission Vous entendez des propos inappropriés (racistes, homophobes, grossiers, …) et vous observez des attitudes d’un autre temps dans votre entreprise. Pourtant, vous ne dîtes rien.
Sortir du biais d’omission✅ Exprimez-vous ! Ces propos et ces attitudes sont plus courants qu’on ne le pense et n’ont pas leur place en entreprise. Il est important de les dénoncer. 
© Agnès Menso – Le biais d’omission

Le biais de conformisme

On l’appelle également « pression de conformité » ou « biais de conformité ». C’est le penchant qu’a l’individu, afin de s’intégrer socialement, pour ne pas être exclu, pour plaire, pour ne pas déranger, pour ne pas faire de vague, de penser et suivre l’avis du plus grand nombre. Il est symbolisé par le « mouton de Panurge ».

Le biais de conformisme
Exemple de biais de conformisme En réunion, vous êtes le seul à penser que ce recrutement n’est pas opportun. Pourtant, vous faîtes « profil bas ».La majorité l’emporte…
Sortir du biais de conformisme✅ C’est vrai que cela peut être difficile d’exprimer son avis dans cette situation. On se sent un peu seul ! Dire avec assertivité ce que vous pensez, va permettre aux autres de faire de même et peut-être trouver des idées plus innovantes ou des solutions alternatives. C’est la base de l’intelligence collective.
© Agnès Menso – Le biais de conformisme

Le biais de faux consensus

C’est la tendance à surestimer le nombre de personnes qui partagent nos opinions, nos goûts, nos préférences, ou qui agissent comme nous. 

Le biais de faux consensus
Exemple de biais de faux consensus En tant que Manager, vous avez instauré le déjeuner d’équipe le jeudi et vous êtes convaincu que vos collaborateurs l’aiment autant que vous. Vous êtes bien loin de la vérité, et d’ailleurs les occasions de vous le faire remarquer ne manquent pas.
Sortir du biais de faux consensus✅ Demandez à vos équipes ce qu’elles pensent de votre initiative, et entendez que cet instant, qui était censé être un moment de partage et de convivialité, soit aussi une source de contraintes.
© Agnès Menso – Le biais de faux consensus

Le biais de favoritisme intragroupe

C’est la tendance d’un groupe à favoriser les membres de son groupe d’appartenance au détriment des membres d’un groupe de non-appartenance.

Le biais de favoritisme intragroupe
Exemple de biais de favoritisme intragroupeVotre DG est issu d’une grande école et il vous demande de recruter des candidats issus du même cercle que lui.
Sortir du biais de favoritisme intragroupe✅ Nous sommes ici au cœur de la gestion des compétences. Faîtes preuve d’initiative et osez lui proposer d’autres candidats avec des parcours différents du sien. 
© Agnès Menso – Le biais de favoritisme intragroupe

Le biais boomerang

Appelé « effet boomerang », c’est un phénomène selon lequel les tentatives de persuasion ont l’effet inverse de celui attendu. Les croyances initiales sont alors renforcées face à des preuves pourtant contradictoires.

Le biais boomerang
Exemple de biais boomerangVous cherchez à convaincre vos collègues que votre idée est géniale, mais plus vous donnez d’arguments, plus vous générez de la résistance. 
Sortir du biais boomerang✅ Questionnez-les.
✅ Quelles sont les raisons pour lesquelles ils ne vous suivent pas ?
✅ Que redoutent-ils ?
Gardez en mémoire, qu’il faut aussi savoir renoncer. Le moment n’est peut-être pas propice et pourra le devenir plus tard. Vous manquez peut-être de crédibilité. Pourquoi ne pas demander de l’aide à un tiers ? 
© Agnès Menso – Le biais boomerang

Le biais de désirabilité sociale

C’est la tendance à vouloir se présenter sous son meilleur jour et donner l’image de soi la plus flatteuse.

Le biais de désirabilité sociale
Exemple de biais de désirabilité socialeVous passez un entretien de recrutement et mettez en avant, plus que de raison, certaines de vos compétences, au point que cela semble louche…
Sortir du biais de désirabilité sociale✅ Restez honnête et authentique et appuyez-vous sur des expériences concrètes.z peut-être de crédibilité.
© Agnès Menso – Le biais de désirabilité sociale

Le biais d’effet de mode

En Anglais, on parle de bandwagon effect. Il se mesure par l’augmentation d’un comportement ou de la consommation d’un bien chez des individus lorsqu’ils savent que ce produit ou ce service est consommé ou utilisé chez des leaders d’opinion (nos fameux influenceurs !). Cet effet est renforcé par la pression sociale et par le besoin d’identification. Il se retrouve dans la mode, dans les loisirs et a pour effet, de rendre indispensable, si ce n’est vital, un objet dont on ignorait l’existence deux semaines auparavant et sans lequel on vivait très bien…

Le biais d’ignorance pluraliste

C’est un processus qui fait intervenir plusieurs membres d’un groupe qui pensent qu’ils ont des perceptions, des croyances, des aptitudes ou des attitudes différentes du reste du groupe.

Le biais égocentrique

C’est la capacité d’un individu à tout ramener à soi, à surestimer sa contribution et à s’attribuer plus de responsabilités qu’il n’en n’a dans un travail collectif.

A l’instar des bais de jugement, des biais de raisonnement, ou des biais de mémoire, les biais de comportement, pilotés par des biais de décision, mettent en avant notre volonté d’être comme le plus grand nombre, comme si nous avions peur d’être rejetés car différents. Ce dangereux conformisme nous interpelle également sur notre manque de discernement et de sens critique.

Nos réponses à vos questions sur les biais de comportement

Quels sont les biais comportementaux ?

Ils sont nombreux ! En plus de ceux développés précédemment, on peut citer le biais de cadrage, le biais d’aversion, de l’imitation, …

Qu’est-ce qu’un biais personnel ?

Un biais est une distorsion dans le traitement cognitif d’une information, qui influence les comportements, les décisions, les souvenirs, …

C’est quoi un biais inconscient ?

Un biais inconscient est un préjugé négatif ou un avis positif qu’a une personne vis à vis d’un individu, d’un groupe, ou d’une situation, sans posséder (ou prendre en compte) toutes les informations. Elle tire des conclusions hâtives et se fie à son intuition ou à son ressenti.

Besoin d’une séance de coaching ?


Coach certifiée HEC, je vous accompagne dans tous vos projets de coaching (offre exclusivement dédiée aux professionnels)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *